Bulletin d'Alternative Libertaire, L'ALlumette N°4 - Mai 2010 : Retraites, Grèce, rigueur : nous ne nous laisserons pas écraser !

Publié le par AL Jeunes 63

Quel point commun entre l’attaque contre les retraites, la crise grecque et son instrumentalisation par les Etats de l’Union européenne qui ne parlent plus que de « rigueur » ? A chaque fois, il s’agit d’une offensive de la bourgeoisie et du capitalisme financier.


Ce sont toujours les mêmes qui trinquent


D’un côté une minorité qui profite du système qu’elle contrôle, de l’autre, nous, la grande majorité de la population, qui travaille, qui crée les richesses et qui galère. Et que fait cette clique de nantis ? Elle cherche à nous presser comme des oranges, à récupérer le maximum à son profit. Et pour se faire, le pouvoir utilise la peur et nos divisions pour imposer ses choix. Combien de temps allons-nous continuer à subir des attaques de tous côtés sans réagir, sans nous organiser, sans nous révolter ?


Un système dégueulasse qui nous mène dans le mur


Il n’y a pas d’avenir dans le capitalisme. On le voit, ce système est fondé sur l’inégalité, sur l’exploitation de la majorité de l’humanité par une minorité, sur la destruction des ressources, sur la pollution de notre environnement, sur la domination de catégories entières de la population. Le capitalisme c’est comme une voiture sans lumière lancée à 200 km/h de nuit : ça va finir dans le mur. Et à qui on va demander encore et encore de payer les pots cassés ?… Retirons leur le droit de conduire nos vies !


Notre seule alternative : une rupture révolutionnaire !


On ne peut « réparer » ou « améliorer » le capitalisme. Basé sur l’exploitation, il en portera toujours la marque. Mais nous ne sommes pas résigné-e-s ! Nous pouvons changer le logiciel, construire une société égalitaire et libertaire. Être révolutionnaire, c’est vouloir rompre radicalement avec cette société. Ça se prépare, ça se construit. Ça commence par discuter, s’organiser. N’attendons pas d’être au pied du mur ! Ne passons pas notre vie à essayer de la gagner !


Solidarité internationale avec le peuple grec


Des organisations communistes libertaires du monde entier ont signé un communiqué commun.

 


Voici un extrait :

Le peuple grec est en colère, et il a bien raison  : alors qu’on essaye de lui mettre sur le dos la responsabilité de la faillite de l’État grec, nous affirmons au contraire que la responsabilité revient aux institutions financières internationales […]Attaquons nous donc plutôt aux capitalistes : le capital grec est très rentable, il s’attire les marges parmi les plus importantes d’Europe, en raison d’investissements dans les pays pauvres des Balkans, de l’absence de protection sociale, de garanties collective et de salaire minimum pour les travailleurs de Grèce, d’un travail au noir gigantesque et d’une exploitation encore plus grande de la main d’oeuvre immigrée.[…] C’est une Europe de classe à laquelle nous avons affaire, à laquelle nous devons nous opposer tous ensemble. […] La Grèce est le laboratoire du démantèlement social, de ce qui nous attend toutes et tous demain.


L’intégralité du texte sur anarkismo.net

AL (France), CA (Etats-Unis), FCA (Italy), OSL (Suisse), RHS (Chili), UCL (Québec), USL (Pérou),WSA (Etats-Unis / Canada), WSM (Irlande), ZACF (Afrique du Sud)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Brice 19/08/2010 22:54


Sur le coup le problème de départ vient beaucoup plus de l'absence d'Etat pour réguler la finance que sur le fait qu'il y ait un Etat. Et des agences de notation également.
Donc cette fois la "bourgeoisie" étatique s'en est (presque) autant pris par la gueule que le "prolétariat".