Solidarité internationale

Solidarité internationale et internationalisme

Le capitalisme s’est construit et se déploie à l’échelle mondiale. La liste est longue des effets dévastateurs de la mondialisation capitaliste dont nous dénonçons les principes et les conséquences. Une stratégie de lutte de classe ne peut se limiter à un seul pays. Aussi, nous promouvons un internationalisme basé sur des luttes et des solidarités concrètes en rupture avec le système international dominant et ses institutions.

Nous leur opposons la solidarité internationale et un internationalisme qui ne vise en aucune façon à réformer ou « humaniser » leurs mécanismes, mais bien à construire un rapport de force capable d’imposer un autre projet de société, vers plus d’égalité, de justice et de liberté. Nous rejetons toute tentative de division fondée sur un soit-disant « choc des civilisations », qui sert les intérêts des puissances dominantes et la recomposition des alliances impérialistes. Notre combat internationaliste passe par la solidarité et par des actions internationales. Solidarité avec les luttes politiques et sociales d’émancipation, entre les militant-es, entre les peuples. Actions concrètes coordonnées, unités internationales à construire pour s’affronter à des pouvoirs politico-économiques depuis longtemps multinationaux. Luttes communes contre tous les rapports d’exploitation et de domination, combat contre la domination patriarcale et de genre et soutien aux luttes d’émancipation des femmes.

La perspective qui en découle est bien la refondation d’un mouvement international, anticapitaliste et antiautoritaire, imposant une paix juste et le projet d’une planète entièrement démilitarisée où les frontières disparaissent au profit du fédéralisme. Le courant communiste libertaire est porteur de cette utopie et doit pouvoir s’organiser par delà les frontières pour tendre à la transformer en réalité. L’enjeu de cette lutte est de diffuser un autre projet de société. Il se fonde sur la solidarité et la répartition des richesses, la démocratie directe et autogestionnaire, la suppression des frontières et la libre circulation, et une forme de développement économique raisonné et écologique en rupture avec le diktat de la croissance et ses effets sur les peuples et l’environnement.

 

Dans cette rubrique: